Chronique

DROPKICK MURPHYS - SIGNED AND SEALED IN BLOOD / Born and Bred Records 2012

Ce groupe américain originaire de Boston n’est plus à présenter. Révélé aux yeux du monde avec leur titre « I’m Shipping up to Boston » qui a été utilisé par Martin Scorsese dans son film Les Infiltrés. A ce moment même, nous parlons de leur huitième effort, succédant à « Going out in style » qui est rentré dans quasiment toutes les Charts des pays sauf bien évidemment en France… Passé ce fait, il est temps d’avoir un avant goût de la Saint Patrick avec ce « Signed and Sealed in Blood ».

Le premier morceau « The Boys are back » introduit parfaitement le groupe et son esprit musical : ambiance festive, cornemuse et on entre rapidement dans ce punk rock celtique dont nos américains de souche irlandaises sont si fiers. Al Barr est toujours aussi impressionnant niveau chant, sans oublié ces chœurs viriles et porteurs. « Prisoner’s song » débarque de façon folk traditionnelle avec mandoline, puis de se voir rajouter une touche rock et rebelle qui viendra pimenter le tout. Voilà certainement un des titres auquel j’ai le plus accroché dans cet album. Il s’agit de « Rose Tattoo ». Une sorte de complainte folk burnée surplombée par tous ces chœurs. Un titre dans une pure veine de rock irlandais : sortez les pintes et trinquons mes frères ! « Burn » vient remettre les choses en place. En plus du traditionnel, ne pas oublier que le combo est à la base un groupe de punk rock. Et là, ils nous le rappellent de vive manière avec ce morceau racé, rapide mais toujours aussi ambiant et so Irish. En parlant d’esprit irlandais, « Jimmy Collins wake » revient dans cette ambiance retentissante et amicale, qui ne donne qu’une seule envie : celle de s’unir au tour d’une bonne bière et de la partager en se délectant de ce délice musical. Voilà un autre morceau unificateur, où tu le monde peut chanter dessus, se balancer de droite à gauche et trinquer avec son voisin. En effet, ce « The seasons upon us » est d’une gaieté folle, tout comme les paroles qui sont une sorte de récit sur un vécu personnel au moment de noël.

Le côté festif reste présent, mais maintenant on reprend de l’énergie et un peu de folie pour ce morceau rageur qu’est « The battle rages on ». Tout y est une nouvelle fois : mandoline, guitares, batterie ‘frappée’, accordéon et chœurs vaillants. Un autre titre à retenir de cet album ? Et bien prenez « Don’t tears us apart ». Tout en gardant cet aspect musical puissant, il dégage une sensation de gaieté impressionnante et vous fera vibrer sans aucun doute. Après ce moment de joie, on retourne dans l’excentricité avec « My hero », qui vous l’avez compris ne fera pas dans la dentelle. « Out on the town » sera le morceau qui dénote par rapport aux autres morceaux. Un style plus rock ‘n roll années 70, avec cet effet sur la voix qui amplifie cet effet rétro. Retour au traditionnel Dropkick Murphys et sont punk rock celtique endiablé sur « Out of our heads ». Vibrant et dansant. Pour terminer cette rondelle, nous aurons droit à « End of the night », qui sans grande surprise est une joli ballade, un peu dépressive de par le timbre de Al Barr, mais qui musicalement est d’une gaieté et d’un feeling bien positif.

Conclusion : Dropkick Murphys continue d’exceller et nous offre une nouvelle rondelle bien garnie qui se laisse écouter sans difficultés et qui vous fera passer de bons moments, que ce soit pour se détendre, se défouler ou pour partager quelques bières avec vos potes !
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site de Dropkick Murphys
Vues : 5124 fois