Chronique

TARJA - COLOURS IN THE DARK / earmusic 2013

3 ans après la sortie de « What Lies Beneath » et 6 ans après la sortie de « My Winter Storm », Tarja revient avec son 3ème album solo rock. Un album riche mais aussi complexe où s'ouvre un horizon de plus dont on ne lui connaissait pas.

A première vue, la cover -qu’elle plaise ou non-, a fait couler beaucoup d’encre lorsqu’elle a été dévoilé. Un univers coloré autour d’une noirceur psychédélique; c’est inattendu et osé.

Suivant Tarja depuis ses débuts en solo, autant vous dire que j’attendais l’arrivée de cet album de pied ferme; avec la peur de ne pas aimer la direction dans laquelle elle s’était engagée en réalisant « Colours In The Dark ». C’est donc avec une certaine appréhension que je découvre ce nouvel opus en track by track :

Et l’entrée en matière se veut très forte avec « Victim Of Ritual ». Un titre totalement dans son univers classique et rock. Un refrain entêtant et un pont qui fera balancer la tête à plus d’un en live, pari lancé ! Ce morceau est d’ailleurs le 1er single officiel et inédit de l’album. Un clip totalement en harmonie avec le visuel dévoilé est disponible depuis le 10 juillet.

« 500 Letters » un hit en puissance. Peut-être un futur single en perspective aux paroles directement adressées aux fans. Un morceau bien punchy.

Et voilà venir une grosse surprise avec la très belle « Lucid Dreamer », probablement le titre le plus psychédélique avec sa séquence totalement barrée et ses sonorités à relent de film à sensation. Un pur chef d’œuvre. Un des morceaux le plus intéressant qui nous fait découvrir un côté progressif jamais entendu chez Tarja.

« Never Enough » titre précédemment connu et joué lors du « What Lies Beneath Final Tour » nous est offert avec quelques arrangements différents notamment une guitare plus agressive. Une lyric vidéo a été faite pour cette nouvelle version.

« Mystique voyage » est un réel… voyage mystique ! Chanté en 3 langues, ce titre est un vrai moment de paix à son écoute. Très émotionnel.

On relève la reprise plus que réussie de Peter Gabriel « Darkness ». En cohérence totale, cette cover est d'ailleurs placée en milieu de tracklist.

Enorme coup de cœur pour « Deliverance » qui est sans aucun doute mon titre préféré. Un morceau de plus de 7 minutes à la ligne mélodique plus que subtile, la présence de l’orchestre qui sublime et rend la chanson grandiose; un pont qui donne des frissons. Bref, un véritable chef d’œuvre. Définitivement mon titre préféré de Tarja, tout album confondu.

« Neverlight » balance un son plus brut, Tarja est énormément influencé par le rock américain et ce titre en est un parfait exemple. La surprise est la présence de l’orchestre lors d’un bref passage qui en fait un titre qui se démarque plus qu’un simple titre à la guitare bien lourde.

Place à l’unique ballade « Until Silence » qui dévoile dans une phrase, la subtilité du titre choisi pour ce magnifique album. Une ballade tout en émotion comme Tarja sait très bien le faire. Un très beau titre qui s’immisce avec une réelle douceur et nous dévoile un très beau texte.

« Medusa » termine l’album avec ses plus de 8 minutes. Ses sonorités qui feront penser à coup sur à la BO du film Gladiator. Un titre assez épique pour conclure l’album de façon majestueuse. A noter, la présence de Justin Furstenfeld en featuring.

C’est un sans faute, « Colours In The Dark » est incontestablement l’album que Tarja devait faire. Il est certain qu’il en surprendra plus d’un et trouvera sans aucun doute un public plus large. Il se peut d’ailleurs que certaines oreilles aient besoin de plusieurs écoutes pour l’apprécier intégralement. Un album qui est totalement abouti, travaillé minutieusement d’un bout à l’autre; où l’on retrouve toutes les influences de Tarja tout au long de sa carrière et même plus. Un côté progressif encore inexploré mais complètement maitrisé. Un univers parfois décalé, à la limité du psyché, un son bien rock, un orchestre pas omni-présent mais qui sublime chaque titre lors de son intervention. Avec « Colours In The Dark », Tarja s’ouvre de nouvelles portes toujours accompagné de son groupe quasi présent depuis « My Winter Storm » en studio comme à la scène.

Il y a toujours un album dans la discographie d’un groupe ou d’un artiste qui se démarque comme étant celui de la consécration; et il semblerait que pour Tarja, ce soit celui-là…
 
Critique : Elodie
Note : 10/10
Site du groupe : Site officiel de Tarja
Vues : 1457 fois