Chronique

THE UNGUIDED - FRAGILE IMMORTALITY / Napalm record 2014

Créé par Richard Sjunnesson après son départ de groupe Sonic Syndicate, THE UNGUIDED reprend la route avec un death métal mélodique teinté par ci par là d’éléments électro. Après un premier effort, Hell Frost, en 2011, le groupe s’apprête à libérer son successeur « Fragile Immortality ».

On commence direct avec le premier extrait qui fera l’objet d’un clip, « Inception ». Excellente intro avec ses sonorités électro très captivantes, une bonne claque. Le couplet enragé chanté par Richard contraste avec un chant clair très mélodique et prenant sur le refrain livré par Roland Johansson. J’adore ! Ça file une bonne patate !!
On retrouve la même formule sur « Defector DCXVI » avec un couplet enragé et le refrain toujours aussi prenant. Un bon solo tombe à point nommé et c’est très appréciable !
Intro électro ambiance sur « Granted » pour un morceau un peu plus posé, avec une montée en puissance progressive. Les lignes de chants sont moins efficaces que les précédents morceaux, mais musicalement ça reste très mélodique et avec un très bon solo en prime !
« Eye of the Thyla » sera plus mid tempo avec une grosse mise en avant des claviers, pas mauvais en soi mais il manque quelque chose, tout comme « Unguided Entity », qui est pas spécialement mauvais mais sur lequel il manque un truc. Le chant de Richard fait trop… brouillon, trop enragé, trop métalcore, c’est dommage.
Retour à quelque chose de plus direct et plus pêchu comme au début de l’album avec « Carnal Genesis », qui passe pas trop mal, mais par moment les deux chants se mêlent mais pas pour un meilleur effet, au contraire ça fait cacophonique… On rattrape un peu le coup avec un « Enforce » bien ficelé, plus ambiant, mélodieux, plus lent.
Retour au bourrin avec « Blodbad » où je me rends compte que le chant de Richard ne passe pas. Même si j’aime les growl, là ça fait trop bourrinasse !
Avec « Only Human », le chant clair de Roland est mis en avant, avec de bonnes lignes de chant, ce morceau remonte le niveau ! Bon solo, bonne énergie, très bon équilibre ! Dommage que ça ne dure pas, « Singularity » telle une machine de guerre détruit tout. Trop de hurlement, pas assez de mélodie, l’inverse du précédent.
Et on termine avec « Oblivion » qui après une bonne intro, le morceau a des hauts et des bas. Le clavier apporte beaucoup, mais les mélanges des chants ne sont pas toujours judicieux… Mais ça passe quand même pas trop mal.

Après un premier morceau qui met la barre (trop) haute, on a un album assez déséquilibré, de bonnes idées par moments mais parfois mal exécutées au long de l’album. Les fans de Sonic Syndicate y trouveront surement leur compte tout de même !
 
Critique : SBM
Note : 5.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 658 fois