Chronique

SEASON OF GHOSTS - THE HUMAN PARADOX / Coroner Records 2014

Sophia Aslanidou est une chanteuse grecque qui a officié pour le groupe Blood Stain Child et a connu un certain succès au Japon, -elle a d’ailleurs l’allure d’un personnage de manga-. Sophia semble avoir beaucoup d’influences dont elle combine plusieurs éléments sur son projet personnel se créant ainsi sa propre identité. Allant du metal, à l’électronique en passant même par la pop.
Elle propose ici donc un son moderne à l’émanation cinématographique.

C’est d’ailleurs sur cette note que l’album s’ouvre avec l’intro « Nothing Disappears Without A Trace » qui captive l’auditeur dès les premières secondes.

« Time Travellers » est mon premier coup de coeur, ce titre m’a immédiatement fait penser à Amaranthe. Entre chant clair et growl, guitares rageuses, électro, et pour renforcer le tout, un refrain ultra accrocheur. Une bonne dose d’énergie. Ce titre fait partie de mon top 3.

« Dream; Paralysis » combine la même recette que son prédécesseur. A noter que ce titre fait l’objet d’un videoclip.

Revenons à mon top 3 avec « Beautiful Eternal Things » où Sophia use aussi de growls par-ci, par-là, je regrette même qu’elle n’est pas utilisé ce style de voix plus que ça. Ce titre d’ailleurs combine tout les éléments de sa musique tout comme « Quantum - Through the Looking Glass ». Des guitares lourdes, des claviers aériens, des refrains accrocheurs. C’est propre, bien maitrisé et dynamique. Incontestablement mes pistes préférées.

Place à « [Ne]: Mesis - The Kiss of Justice » , LE titre électronique de l’album, où Sophia s’impose dans une ligne de chant plus subtil.

Et en parlant de subtilité, elle joue avec finesse et émotion sur le titre éponyme « The Human Paradox », une ballade céleste et épurée. Il en est de même pour «  The Road to Acheron », tout en douceur et mélancolie.

« There and Back Again » conclu cet album dans une instrumentalisation cinématographique au relent nippon. Une sorte d’outro dont je regrette sa minute et trente-quatre secondes.

La pari de se lancer dans une carrière solo est réussi avec cet opus. Sophia a sans aucun doute un gros potentiel. Elle apporte un vent de fraicheur dans un album diversifié où elle mélange les genres de façon remarquable.

Sachez que vous pouvez aussi la retrouver en featuring avec Zombie Sam (sur plusieurs tires de celui-ci) avec qui elle est fondatrice de Invictus Media, une société spécialisée dans les musiques de films.

Quant à moi, j’attends impatiemment la suite de Season Of Ghosts !


Tracklisting:
01. Nothing Disappears Without A Trace
02. Genesis - The Phoenix Syndrome
03. Time Travellers
04. Dream; Paralysis
05. The Human Paradox
06. [Ne]: mesis - The Kiss Of Justice
07. Beautiful Eternal Things
08. Dreaming In The Gray Lands
09. The Road To Acheron
10. Quantum - Through The Looking Glass
11. Reincarnation
12. There And Back Again
 
Critique : Elodie
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel
Vues : 360 fois