Chronique

SOILWORK - DEATH RESONANCE / Nuclear blast 2016

Les leaders du Death metal mélodique made in Göteborg sont sacrément productifs. Après le double album The living infinite, les européens enchaînent en moins de deux ans avec l'excellent double Live in the heart of Helsinki, le sublime The ride majestic et enfin aujourd'hui Death resonance. Une collection de raretés des albums édités depuis 2005, l'année de Stabbing the Drama et de l'arrivée de Dirk Verbeuren, qui a récemment accepté le poste de batteur chez Megadeth. Loin de nous prendre les vaches à lait, le groupe profite d'un adieu à ce batteur emblématique pour offrir aux amateurs du contenu rare ou inédit.

Deux nouvelles pépites
Deux nouveau titres ouvrent le bal : Helsinki et Death resonnance. Bien qu'ils n'ont pas trouvés leur place dans le thème de The ride majestic, ils s'inscrivent dans ce que Soilwork fait de mieux en matière de métal mélodique et punchy. Il ne serait pas surprenant que le groupe joue Helsinki en live en appui de Spectrum of eternity dont il égale le panache. Après, oui, cela reste surproduit, et l'excellent chant de Björn Strid aura du mal à se refléter en live.

2015-2005 à Rebours
Les titres qui suivent sont issus des bonus japonais, si chers au markéting du label Nuclear Blast, dont l'intégralité de l'EP Beyond the infinite. Pourtant, le groupe s'y illustre dans un registre sensiblement différent, comme s'il s'exprimait en tant que nouveau groupe. Il faudra donc plusieurs écoutes avant d'y trouver son compte.

Mais bien heureusement, certains morceaux se distinguent comme These absent eyes, au côté direct et énergique rappelant Figure Number Five, When sound collides, et son solo magistral, Sweet demise, et son riff entêtant, et enfin, Martyr, remixé pour l'occasion, qui est un véritable titre moderne et accrocheur qui aurait du relever à l'époque l'insipide Sworn to a gread divide.

Un livret qui vaut le coup d'oeil
Quoiqu'il en soit, Death resonance est une valeur sûre et complètera la collection de tout amateur de leur musique. Mention particulière au livret qui permet à chaque artiste d'expliquer le contexte de chaque chanson et d'en accepter le cadre. Ne soyez donc pas défrisé par le remake de Sadistic Lullabye, monument du premier album, car il a été légèrement réinterprété pour le fun !

Tracklisting
01. Helsinki
02. Death Resonance
03. The End Begins Below The Surface (édition japonaise de The Ride Majestic)
04. My Nerves, Your Everyday Tool (EP Beyond The Infinite sorti uniquement en Asie)
05. These Absent Eyes (idem)
06. Resisting The Current (idem)
07. When Sound Collides (idem)
08. Forever Lost In Vain (idem)
09. Sweet Demise (Limited edition de The Panic Brodcast)
10. Sadistic Lullabye (ré-enregistré pour l’édition japonaise de The Panic Brodcast)
11. Overclocked (édition japonaise de Sworn A Great Divide, mix de 2016)
12. Martyr (édition japonaise de Sworn A Great Divide, mix de 2016)
13. Sovereign (édition japonaise de Sworn A Great Divide, mix de 2016)
14. Wherever Thorns May Grow (édition japonaise de Stabbing The Drama, mix de 2016)
15. Killed By Ignition (édition japonaise de Stabbing The Drama, mix de 2016)

 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4835 fois