Chronique

WINGER - LIVE / Frontiers records 2007

De retour après 12 ans d’absence Kip Winger et sa bande nous ont sortie un bon album dans la lignée des ouvres précédentes, et comme un heureux événement n’arrive jamais seul, voilà que le groupe décide de nous sortir un double album live commémorant ainsi la dernière tournée.

Le concert commence par « Blind revolution mad » un mid tempo sympa mais surprennent. Ben oui on s’attendait plus à un bon gros titre rythmé. A part cette ‘déception’ le reste suit bien, Kip Winger est en voix, l’équipe de mercenaires quant à elle assure vraiment bien. Le son est bien bon et permet de profiter du talent de Rob Mogenstein à la batterie ainsi que des solos de Mr Reb Beach. « Loosen up » continue sur un titre un poil plus rythmé. La basse de Kip est bien présente sans forcément effacer la rythmique de John Roth efficace.
Quelques mots échangés puis « Easy come easy go » poursuit dans le même rythme que précédemment. Petit reproche tout de même c’est la patate qui n’a pas l’air très présente.
On enchaîne avec « Your great escape » qui la remue bien mieux. Un bon titre qui relève l’intérêt. Un petit solo blues pour John Roth avant d’entamer « Down incognito ». Un gros mid tempo de hard Us. Un petit « Rainbow in the rose » avec Kip au piano. Un titre bien mélodique qui passe bien, avec ses faux airs de Toto. « Generica » toujours accompagné au piano assez heavy entre Alice Cooper (période Brutal Planet) et Dokken un titre pas terrible qui fait tomber l’ambiance.
On fini le premier Cd par « Junk yard dog » qui là envoie la sauce. Un bon gros titre heavy presque méchant qui là aussi me rappelle Dokken (Erase The Slate, Long Way Home) un bien bon titre que voilà.

Nous débutons ce second chapitre avec « Right up ahead ». Guitare sèche voix calme, on pense évidemment à une ballade puis les guitares arrivent bien lourdes et là on change d’avis.
En suite Reb Beach nous propose un solo de guitare très inspiré du Maître incontournable Eddy Van Halen, et on enchaîne avec « You are the saint, i’m the sinner » qui reprend l’ambiance Hard Us des 90’s et qui est clôturé par un solo de Rob Morgenstein.
« Headed for a heartbreaker » à son intro ressemble plus à un titre de prog que de hard. Une sorte de power ballade sympathique. « Can’t get enough » rappelle les années 80, avec ce mid tempo bien hard qui passe réellement bien.
« Seventeen » poursuit sans temps mort avec un titre plutôt joyeux. Deuxième entrée de la guitare acoustique pour « Who’s the one » une sorte de ballade western bien cool.
« Mille away » poursuit dans la même veine ce qui casse le rythme, un choix discutable.
On termine ce concert par le tube qu’est « Madalaine » qui met bien le feu à en entendre le public.
Un petit bonus vient se rajouter avec « Blue Suede shoes » en version acoustique très jolie.

Conclusion : voici un bon live qui ravira les fans et permettra à ceux qui ne connaissent pas de découvrir un bien bon groupe. Une reformation intéressante.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 5398 fois