Live Report

DRAGONFORCE - Le Moulin – Marseille -13/11/2012

 
La salle du Moulin à Marseille a récemment fait peau neuve. Et fort heureusement, la programmation continue à proposer du metal. En effet, dans les années 2000 se sont succédés des groupes tels que Stratovarius, Cradle of Filth, Angra, Rhapsody ou Sonata Arctica. Cette année, Dagoba a ouvert le bal et c’est désormais au tour de Dragonforce de fouler les planches phocéennes. Certes, ce soir la salle est en configuration club, soit 350 personnes, il n’en demeure pas mois que le Moulin est plein comme un œuf pour accueillir les maîtres de l’ultra speed metal.

Les premières parties sont les Allemands de Kissin’ Dynamite et les Américains d’Huntress. Les deux groupes, aussi différents soient-ils, réussiront à chauffer le public avant l’arrivée de ceux que tous attendent, à savoir la tête d’affiche du soir : Dragonforce.

Effectivement, dès la première cavalcade de notes des gratteux Herman Li et Sam Totman, les fans laissent éclater toute leur furie, et les pogos se multiplient à foison ! Forts de la sortie de leur dernier et non moins excellent album The Power Within, le combo lui fait honneur avec quatre morceaux, dont le magnifique « Seasons » (NdSS : énorme coup de cœur de votre serviteur), « Holding on », un très bon opener, « Die by the sword », et ses sonorités folk et guerrières ; et « Cry thunder », véritable hymne cuvée 2012 !
Une setlist parfaitement aménagée piochant sur toute la discographie du groupe, et incluant tous les hits de la carrière du combo (cf. setlist).
Mais même si le rendu live des nouveaux morceaux restait une interrogation, la plus grosse concernait la prestation vocale et scénique du nouveau chanteur Marc Hudson. Heureusement, nous sommes rapidement rassurés, car le bougre excelle à la fois sur « ses » morceaux, ainsi que sur les plus anciens. Dragonforce a, assurément, fait une très bonne pioche avec ce grand gaillard. Le frontman fait également preuve de bonne humeur en acceptant avec un grand sourire les pitreries du Frenchie Fred Leclercq, quand ce dernier lui faire lire en Français, des phrases aussi incongrues que marrantes « j’aime les hommes poilus », « Fred est charmant et célibataire »… Bref, un très bon moyen pour détendre l’atmosphère et calmer un peu les pogoteurs et autres slammeurs.
Les autres musiciens assurent parfaitement leurs prestations, et Vadim (claviers) n’hésite pas à venir se rapprocher un peu plus près du public avec sa keytar, ce qui nous fait encore mieux apprécier sa dextérité et sa folie. Evidemment, tous les yeux (et toutes les oreilles) sont rivés vers Herman et Sam. Ce dernier remportera son duel par KO en venant slammer (tout en jouant !) sur le public qui n’en croit pas ses yeux.

Un concert puissant et mélodique, un public en transe et un chanteur déclarant malicieusement en Français « je n’aime pas le foot, mais j’aime l’OM » (merci Fred !), l’alchimie était définitivement parfaite ce soir. Mention spéciale à la salle du Moulin qui renoue avec ses concerts metal « underground » (qui plus est avec un super son !), et en espérant que plusieurs autres suivront !...


Setlist Dragonforce :
Holding on (The Power Within)
Heroes of our time (Ultra Beatdown)
Seasons (The Power Within)
Fury of the storm (Sonic Firestorm)
Die by the sword (The Power Within)
Operation ground and pound (Inhuman Rampage)
Fields of despair (Sonic Firestorm)
Through de fire and flames (Inhuman Rampage)
Cry thunder (The Power Within)
Rappel :
Valley of the damned (Valley Of The Damned)
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 1969 fois