Live Report

ENSIFERUM - le Vox (Toulon) - 27/01/2014

 
Après avoir amarré leur drakkar en rade de Toulon, les guerriers finlandais d’Ensiferum débarquent au Vox avec l’intention d’en découdre. Ca tombe bien, un public nombreux et frigorifié (ouverture très tardive des portes) n’attend que ça !

On démarre la soirée avec les compatriotes de Frosttide. Une grosse demi-heure de mélodique folk metal très bien accueillie par un public réchauffé. Profitant d’une bonne mise en lumière (principalement bleu, rouge et blanc) et de jets de fumée, le combo arrive à s’attirer l’adhésion de la salle, et les premiers pogos et slams fleurissent en fin de show. Le chanteur / guitariste Joni Snoro, aux faux airs d’Alexi Laiho, se débrouille plutôt bien, mais laisse la communication au claviériste Felipe Munoz. En effet, assurer chant et guitare demande énormément de concentration et de dextérité. Choix gagnant, nous avons là une bonne première partie, complètement raccord avec le groupe headliner, et qui aura certainement marqué des points auprès des néophytes.

Une scène un peu (trop ?) haute se voit envahie par une horde de Finlandais maquillés, torses nus (sauf pour la claviériste damn !) et remontés comme des pendules. Au son de l’intro de leur dernier opus, Ensiferum se met en place et nous balance un « In my sword I trust » qui excite une audience qui n’attendait que ça. Très en place et communicatif, les rôles sont distribués avec conviction. Petri est désormais très bien intégré au combo et assure autant vocalement que guitaristiquement. Il est vraiment pétri de talent (sic), par contre, le bouc ne lui va vraiment pas. Pour revenir aux guitares, Markus est au top. Il a tout le temps le sourire et semble vraiment heureux sur scène, en assurant, à l’instar de Petri, toutes ses parties. Sami, comme à son habitude, fait son Janick Gers, il fait le pitre quoi ! Tandis que Janne à la batterie et la jolie Emmi au clavier assurent l’arrière garde. Bref, un groupe vraiment plaisant à voir et à entendre.
Niveau setlist, même si cette tournée se veut en l’honneur du dernier album en date Unsung Heroes, le groupe n’oublie pas ses classiques. Ainsi, même des morceaux du premier album Ensiferum (l’excellent « Token of time ») ou du EP Dragonheads (titre éponyme) sont joués. Les valeurs sures sont également de mise et les « Deathbringer from the sky », «From Afar » ou « Iron » se succèdent dans une euphorie dantesque. Mention spéciale à la reprise « Wrathchild » d’Iron Maiden, pas parfaite, mais tellement jouissive qu’on en redemande.

Au final, plus d’une heure de trente (rappels compris) de rage et de sueur, mais le tout dans une bonne humeur convaincante et communicative. Heureusement que le public était présent en nombre et très participatif ce soir, car la prestation des Finlandais était de haute volée. Quel beau voyage ! Kiitos les gars, et la fille !

Setlist Ensiferum :
- Symbols (Unsung Heroes)
- In my sword I trust (Unsung Heroes)
- Deathbringer from the sky (Victory Songs)
- Token of time (Ensiferum)
- From Afar (From Afar)
- One more magic potion (Victory Songs)
- Retribution shall be mine (Unsung Heroes)
- Lai lai hei (Iron)
- Dragonheads (Dragonheads)
- Stone cold metal (From Afar)
- Burning leaves (Unsung Heroes)
- Wrathchild (cover Iron Maiden)
- Victory song (Victory Songs)
Rappel :
- Twilight tavern (From Afar)
- Iron (Iron)
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 1989 fois