Live Report

ENSIFERUM + DRAKWALD + CEREVISIA - Le Moulin - Marseille - 14/10/2015

 
Peintures de guerre, fourrures, kilts, aucun doute, le Moulin accueille bien ce soir trois groupes de pagan death metal. Après une halte en terre varoise en janvier 2014 et une prestation de qualité au Hellfest cette année, c'est au tour de la cité phocéenne d'être le (Vieux) port d'attache des drakkars finlandais d'Ensiferum. Aux côtés des Français de Cerevisia et Drakwald, la bataille va faire rage.

C'est devant un Moulin rempli comme un œuf (en configuration Club certes) d'environ 300 personnes que les régionaux de l'étape Cerevisia investissent la scène. Fort heureusement pour tout le monde, le groupe a trouvé un batteur (définitif ?) et semble impatient d'en découdre avec fans et curieux. Et comme le veut la formule, cette prestation aura été folklorique. En effet, les Marseillais auront, tour à tour, dû lutter contre les éléments techniques, à savoir corde cassée pour Marty, clavier de Johan un moment HS et micros de Stéphane capricieux. Mais peu importe, avec talent et humour, le combo relève le défi et s'en sort plutôt bien. A vrai dire, ce sera même après le changement de gratte que le public adhérera complètement à leur musique, mais le set touchant à sa fin, nous restons sur la nôtre de faim. A revoir donc sur un show plus long et avec moins d'aléas techniques.

On enchaîne avec les Tourangeaux de Drakwald. Toujours dans le même esprit que les Marseillais, le groupe propose une musique un peu plus festive, bien aidée en cela par un flutiste / joueur de cornemuse talentueux. En effet, beaucoup de mélodies sont l’œuvre de Bertrand ce qui confère à la musique du groupe un esprit « dansant », à l'instar de Korpiklaani par exemple. Evidemment, le style restant du death, la hargne et le fureur sont aussi de la partie grâce au chant puissant de Thibaud et les deux guitaristes. Mention spéciale d'ailleurs à Marc pour ses soli précis et enlevés. A tous ceux et celles qui ont apprécié leur prestation, sachez qu'une campagne de crowdfunding a été lancée afin de financer leur second album. Belle découverte !

Un public chaud bouillant attend les stars de la soirée, à savoir Ensiferum. Les Finlandais jouissent d'une belle réputation en France, via des albums à la qualité assez constante et des prestations live toujours survitaminées et enthousiasmantes. C'est donc avec un plaisir non dissimulé que le groupe s'empare de cette petite scène du Moulin Club et semble ravi de voir une assistance aussi compacte et énergique. Un public en osmose totale qui répondra à chaque sollicitation d'un Petri agacé par des problèmes techniques et d'un Sami toujours aussi survolté. Restons sur le line-up et notons le remplacement de la clavieriste Emmi Silvennoinen par l'excellente accordéoniste Netta Skog (ex Turisas). Et on peut dire qu'on ne perd pas au change tant le sourire de la musicienne irradie littéralement la salle. Au niveau de la setlist, l'accent est (forcément) mis sur leur dernier opus en date One Man Army avec six titres (dont l'intro) interprétés ce soir. Passage réussi pour ces derniers et qui complètent les incontournables « Token of time », « Lai lai hei » ou « One more magic potion ». Mentions spéciales à la reprise des Gipsy Kings qui verra les Finlandais affublés de chapeaux mexicains (WTF) et la magique, voire émouvante « Burning leaves ». On termine avec un trio tonitruant en guise de rappel et Ensiferum peut quitter la scène avec le sentiment du devoir accompli. A juste titre.

Setlist Ensiferum :
March of war (One Man Army)
Axe of judgement (One Man Army)
Heathen horde (One Man Army)
One more magic potion (Victory Songs)
Warrior without a war (One Man Army)
From Afar (From Afar)
Token of time (Ensiferum)
Battle song (Ensiferum)
Lai lai hei (Iron)
Burning leaves (Unsung Heroes)
My ancestors' blood (One Man Army)
Two of spades (One Man Army)
Bamboléo (Gipsy Kings cover)
Rappel :
In my sword I Trust (Unsung Heroes)
Twilight tavern (From Afar)
Iron (Iron)
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 1979 fois