Live Report

EUROPE - Take the Heat - L'OLYMPIA (Paris) - 15/11/2016

 
C’est en ce mardi maussade que je me dirige vers la salle mythique de l’Olympia pour un concert assez particulier. En effet, le combo suédois EUROPE vient célébrer le trentième anniversaire de son album mythique « The Final Countdown ».
La salle n’est pas comble, mais se voit quand même être bien remplie.

La mise en bouche se fait avec les anglais de TAKE THE HEAT, qui ont la lourde tache de chauffer cette foule venue pour entendre retentir certains hymnes et voir ces musiciens de l’âge du rock. C’est à travers un rock positionner entre du Fiction Plane et du The Answer que le quartet évolue, avec une touche plus british que Irish bien entendu. La part belle du spectacle se fait grâce au batteur et de son enthousiasme et gestuelle dynamique et prenante, et aussi, de part la prestance de son chanteur guitariste. Pour les deux autres, autant dire qu’ils sont passés inaperçus.
Au-delà de ça, il aura fallu quand même quasiment trente minutes au groupe pour réussir à réveiller le public, et seulement les trois derniers morceaux feront mouche et impacteront l’ambiance.
Autant être honnête, sympa, mais pas exceptionnel.

L'entracte se fait dans une ambiance à la ROCK OF AGES, avec des titres de Speed Reo Wagon, Journey, Def Leppard etc.
Mais cesse les bavardages, passons au hors d’œuvre. L’intro se fait vient une vidéo annonçant le thème de la soirée : les 30 ans de THE FINAL COUNTDOWN, mais avant tout place au dernier album en date du groupe WAR OF KINGS. Et comme l’a dit Joey Tempest : « c’est la première fois, et ce sera la seule fois que le groupe proposera un tel concert. L’expérience d’une vie ». En effet, le concert se scinde en deux parties bien distinctes :
- Dans un premier temps l’album WAR OF KINGS joué dans son intégralité
- Et bien sur, la seconde partie du set avec le puissant et monstrueux THE FINAL COUNTDOWN


Pas besoin de présenter le dernier album (chroniqué sur le site, ndlr), mais on peut parler sans problèmes du groupe. Mené par le maestro Joey Tempest remplit d’une énergie à couper le souffle, le frontman et showman nous bluff de part sa prestation que ce soit vocale ou scénique.
Le reste du groupe fait son travail sans problème, restant quand même un peu statique. John Norum se réveillant à la moitié du concert, jouant avec le public, faisant quelques blagues sur son âge, mais surtout jouant et prenant la pose tel un virtuoso de la guitare (et il a le droit).
On notera aussi le jeu de lumière qui dans un premier temps sombre, vient s’embellir et agrémenter le spectacle de la plus belle des manières pendant cette heure et demi de concert.
La grosse part du gâteau et bien entendu la deuxième partie du concert. Retentissant avec le magique hymne « The Final Countdown », le public s’embrase et c’est l’euphorie. Surtout avec un enchainement « Rock The Night » et « Carrie ». Sur ce dernier d’ailleurs, des photos rétro / souvenir apparaitront sur les écrans de la scène immortalisant la jeunesse du groupe et ses folies des 80’s : captivant, d’autant plus sur cette ballade. Autre point fort du set : « Cherokee » qui voit le public monter dans les tours, atteignant les quasi deux cent pour cent de ses capacités.
Le final se fera avec un rappel à l’hymne de la soirée sur un dernier couplet pour remercier le public venu en nombre et des tous les coins du globe (On a pu apercevoir des japonais, des allemands, des suédois etc.).

Au final, un concert mémorable, qui confirme le fait qu’il ne fallait pas manquer cette date qui restera encrée dans l’histoire du groupe. Le concert ayant été enregistré en audio, on espère une prochaine sortie pour satisfaire les fans.

Un grand merci à Olivier Garnier pour m’ avoir permis d’assister à ce concert !
 
Critique : Lionel
Date : 15/11/2016
Vues : 1950 fois