Live Report

DEEP PURPLE - AYRON JONES - Les Arènes de Nîmes - 29/6/2022

 
Alors que je ne suis toujours pas remis physiquement du Hellfest, j’ai l’idée farfelue et quelque peu fantasque de me faire un challenge : Couvrir le festival de Nîmes. Et oui, l’affiche de cette année y est sublime. Et c’est avec une joie difficilement exprimable que votre cher serviteur va couvrir quatre concerts.
Je commence donc 48h après mon retour avec la légende DEEP PURPLE qui vient fouler le sol gardois avec un allié fort sympathique : AYRON JONES (ceux qui ont été à Clisson auront eu un avant goût de ces deux groupes). Autant dire que mon daron et moi-même allons passer une bonne soirée, qui commencera avec une bonne IPA sur le parvis des arènes.

Une fois en place, Ayron annonce la couleur : « On est fan de Deep Purple, c’est un honneur d’être ici ce soir ». Il n’en fallait pas plus. Car effectivement la joie et le sourire seront de mise tout le long du set ! Avec le bassiste qui danse et saute en continu, le guitariste qui a un sourire qui monte jusqu’aux oreilles (on dirait vraiment un enfant à Noël le gars), autant vous dire que ce duo a fait le show. Ayron reste plus en retrait derrière son micro, plus timide, mais qu’importe, son touché et son feeling transcendent sa musique, ce qui fait que les trois quart d’heure sont passés vite. Mention spéciale au finish où Ayron s’écroule (volontairement) sur la batterie, envoyant tout valdinguer tel un vrai rocker ivre des années 80. Éclats de rires sous un tonnerre d’applaudissements, le groupe a marqué des points.

Place maintenant, après une demi heure de changement de set, à la légende DEEP PURPLE.
En guise d’avant propos je vous informe que pour raison familiale Steve Morse n’apparaît pas sur cette partie de la tournée. Il sera néanmoins remplacé par Simon Mc Bride et autant dire que le petit jeune (oui par rapport à la moyenne d’âge il l’est) n’a pas à rougir. Bien au contraire il tiendra le show sur ses épaules.
Ne nous méprenons pas, le groupe a encore la patate. Ça joue très très bien ! Roger Glover assure ses lignes de basse à la note près tout en gardant le sourire quand Don Airey prouve que même à 74 ans on a encore des doigts de fée. Il est rapide, précis, infatigable, vraiment un grand monsieur.
Le questionnement de la soirée concernait plutôt Ian Gillian. En effet au Hellfest, malgré une volonté indéniable, la voix de la légende est fatiguée. Laissant aux fans un léger goût amer. Et bien sachez que le tir a été rectifié en cette soirée du 29 Juin 2022. La voix est là. Pas aussi aiguë ou aussi poussée que dans le temps (et oui vous n’aurez plus le même « Child In Time ») mais le monsieur assure le set en intégralité (1h45 tout de même) et à 76 ans on dit bravo !
Je me répète légèrement mais je tiens à rappeler que Simon Mc Bride assure comme une bête. Il est excellent sur la technique, le feeling et il a suffisamment de charisme pour être sur le devant de la scène. Sa partie solo pour l’hommage à Jon Lord était juste époustouflante.

Inutile de vous dire que le final (avant le rappel) sur « Smoke On The Water » valait le coup. Le public reprend à l’unisson le refrain sous la direction de Sieur Gillian, qui lui aussi semble tombé sous le charme de ces arènes millénaires. Rajouté à cela une météo extrêmement agréable, un son au poil et vous avez une soirée réussie.
Personne ne peut affirmer avec certitude combien de temps ces légendes vont durer, mais à la vue de ce que j’ai vu ici, la fin n’est pas pour tout de suite !

SETLIST DEEP PURPLE :

1. Highway Star
2. Pictures Of Home
3. No Need To Shout
4. Nothing At All
5. Uncommon Man
6. Lazy
7. When a Blind Man Cries
8. Time for Bedlam
9. Perfect Strangers
10. Space Truckin’
11. Smoke On The Water

Rappel :

13. Caught in the Act
14. Hush
15. Black Night
 
Critique : SBM
Date : 29/6/2022
Vues : 1571 fois