Chronique

CIRCLE II CIRCLE - CONSEQUENCE OF POWER / AFM Records 2010

Régulier comme un coucou suisse Zack Stevens et sa bande nous offre aujourd'hui leur déjà cinquième album, qui je l'espère grandement va poursuivre les bonnes idées de leur dernier opus.

C'est « Whisper in vain » qui nous permet de faire connaissance avec ce nouvel opus. Un début convenu qui laisse place à un très bon morceau énergique où Zack y fait des merveilles. Tout d'abord contenu avant de laisser parler la poudre et ainsi mettre tout le monde d'accord. Un titre tout en contraste qui surprend mais permet de bien entrer dans le bain. « Consequence of power » suit ce concept que je vous laisse découvrir sur un rythme bien plus envolé. On sent que Circle II Circle a enfin réussit à se démarquer complètement de l'empreinte de Savatage.
Avec « Out of nowhere » on enfonce le clou, avec un titre heavy de chez heavy, mais armé d'un refrain mélodique outrageusement sublimé par cette voix si exquise !! Voilà qui a de quoi faire plaisir. « Remember » continue un peu dans la même veine, un titre dans la pure ligné du combo.
Un peu de groove qui tue avec « Mirage » qui envoie du bois. Malgré les années le groupe continue de nous proposer de sacrées compos puissantes et mélodiques pour notre plus grand plaisir. Un petit « Episodes of mania » prend le relais avec toujours cette belle alternance entre passage mid tempo mélodique et d'autres bien plus envolés et musclés.
Riff un peu pompé pour « Redemption » qui malgré tout donne droit à du pas mauvais mais un peu trop habituel. Pas le titre le plus marquant. On retrouve de l'idée avec un super « Take back yesterday » qui avec sa ligne de piano donne droit à un excellent titre avec encore un travail d'orfèvre de Mr Stevens ! Le titre de l'album !
« Anathema » retrouve ce côté habituel qui fait un peu retomber la pression après une telle réussite. Un morceau qui garde tout de même de beaux passages. On termine par « Blood of an Angel », une ballade comme on peu s'y attendre bien entendue merveilleusement interprétée et qui file la chair de poule. Comment déprimer en cinq minutes.

Conclusion : pour ce cinquième album CIIC poursuit son chemin avec conviction et talent. Du très bon métal mélodique toujours mené de voix de maitre par un Zach dont on ne se lasse pas !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 3896 fois