Chronique

ELWING – WAR / Black Lotus 2005

Après Dark Nova (et leur très moyen album « Sivilla ») voilà une autre formation grecque qui se nomme ELWING. Groupe qui a maintenant cinq ans d’existence et qui en est à son deuxième album seulement avec ce WAR. Quatre ans pour une rondelle….. on va bien voir si cette attente a été bonne.

Premier morceau, et rien que son nom est très évocateur : « Marching To Glory ». L’intro se fait très Halloween de Helloween : ambiance sombre et guitares puissantes accompagnées d’une voix claire tranchante. Ca commence fort. Par contre le chant change de rang et devient plus agressif, histoire de rester dans le style du morceau. Pour le refrain, c’est pas trop ça : chant trop saccadé qui coupe un peu l’ambiance. Le solo guitare : énorme, appuyé par la batterie.
Ca enchaîne avec « At The Gates » qui se pointe dans un style très heavy germanique. Un morceau accrocheur mais banal autant au niveau des riffs qu’au niveau du chant. Un heavy speed peu attrayant avec un son un peu trop lourd avec un ajout de sons black. J’accroche mieux quand il n’y a pas le chant sur ce morceau.
Pour « I’ll Live Forever » ce sont les galops des chevaux et les batailles à l’épée qui ouvrent les hostilités avant que les grattes ne prennent le relais. Cette fois ci, le chant râpeux et lourd est appuyé par un chant clair que l’on entend que trop peu. Toujours ces longs solos guitares très Helloween / Gamma Ray. Niveau batterie, les toms et les caisses se font frapper comme il le faut.
« Stormlord » se présente de belle façon avec une guitare tranchante, une batterie allumée pour un tempo bien puissant avant un déluge de riffs et un morceau speed qui déchire tout. A mon avis sur scène ça risque de faire mal… au cou. Le refrain est superbe, toujours dans cette veine Helloweenesque avec un refrain Gamma Raysque. Kai Hansen aurait-il influencé ce groupe ?!
Ca continue avec « Sons Of Revenge » qui nous emmène en guerre tambours (batterie hein) devant. La guitare est superbe, et ouvre un morceau épique pour préparer la bataille qui me fait penser aux italiens de Thy Majestie. Sur le refrain, ce chant lourd est moins accrocheur mais le reste par contre est bien tripant.
Le titre track est là. Ce « War » n’est autre qu’un morceau instrumental. Ténèbres et tambours pour partir sur le terrain de la bataille. Une guerre s’annonce avec cette ambiance sombre et militaire, aidée par une batterie d’enfer, des riffs tranchants et tueurs. Un morceau impeccable et chevaleresque qui m’enchante par sa beauté dévastatrice.
Fini l’instrumental, on reprend avec « Blood On My Hands » qui arrive à la guitare et à la batterie d’une façon très mélodique et épique. Il la fallait bien, voilà la ballade. La guitare sèche prend le devant des choses avec douceur avant de monter en puissance avec l’arrivée des autres instruments.
On poursuit l’album avec « Fly Away » qui s’envole à une vitesse fulgurante. Et là je bouge mon corps, saute à droite, à gauche, enfin de partout. Une véritable furie se déchaîne en moi pour ce morceau énorme et puissant. Qu’est ce que c’est bon !
Avant dernier titre et je me prépare au pire (second degré bien sûr) avec cet « Armageddon ». La batterie se montre en premier, suivie par une ambiance lourde. Et oui faut bien avoir quelque chose qui ressemble au titre. Un instru court est pas forcément nécessaire.
Le dernier morceau de cette rondelle grecque se nomme « Lost Humanity ». Un mid tempo avec une basse mise en avant pour l’atmosphère, cri strident (belle performance il faut le dire) avant d’attaquer le chant avec une voix claire alternée avec un chant râpeux. Un bon solo guitare pour nous faire saliver une nouvelle fois, avec une inspiration Malmsteen.

Ma conclusion : une bonne surprise que ce groupe grec. Un album qui ravira les fans de Helloween (première période) et les fans de Gamma Ray ou d’épique métal.
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Site officiel de Elwing
Vues : 4626 fois