Chronique

AMARANTHE - MASSIVE ADDICTIVE / Spinefarm Records 2014

Troisième effort du sextet suédois, qui il faut le dire sort de l’ordinaire avec ses trois chanteurs, ce « Massive Addictive » débarque en cet automne avec pour objectif de nous faire oublier ce temps maussade, et donc d’ensoleiller nos oreilles.

L’album débute avec « Dynamite » qui surprend rapidement. Plus agressif, plus puissant, le groupe prend une nouvelle orientation musicale tout en gardant la base de sa musique. Des son plus électroniques mais une musique metal comblée par ce trio vocal chant clair homme / femme (aka Jake & Elise), et le chant guttural (aka Henrik). Une sacrée mise en bouche explosive. S’en suit le premier single de l’album « Drop Dead Cynical », très rock qui avec ses beats nous plonge dans une mouvance entraînante et entêtante menée par un Olof à la guitare et un Morten à la batterie qui sont en grande forme et qui nous offrent un titre percutant, loin du dance metal des précédents albums. Avec « Trinity », on retourne dans une ambiance un peu plus connue, mais agrémentée de cette puissance supplémentaire niveau musical et arrangements. Et quand arrive le titre éponyme, « Massive Addictive », c’est la grosse claque. Aucun doute sur le choix de ce titre pour représenter l’album. Avec son arrivée électronique et sa montée en puissance qui explose sur un refrain imparable, ce mid tempo taillé pour satisfaire tout public, autant dire que le groupe fait mouche. Autre tuerie de l’album, voire même un des meilleurs titres, « Digital World » vient tout exploser sur son passage. Autant dire que la confirmation de Henrik Englund dans le groupe donne un plus à cette formation avec sa voix gutturale plus puissante et variée que celle d’Andreas. Combiné à la douceur de la voix d’Elise et la puissance de celle de Jake, l’union fait la force dans ce hit qui serait sans surprise un des singles de l’album. Plus léger et mélodique, « True » vient se glisser avec douceur dans cette power ballade, porteuse et bienvenue histoire de ne pas saturer de cette déferlante de puissance que l’on vient de recevoir.

« Unreal » reprend les choses en main, et nous plonge dans l’univers musical de l’album précédent (nldr : The Nexus », mais avec une musique plus agressive et hargneuse, pour s’unir à cette ambiance générale donnée depuis le début. En parlant de tradition, voilà « Over and Done » qui est la ballade de l’album, marquante comme le fût « Amaranthine » ou encore « Burn with me », mais avec cette fois-ci une mise en avant de Jake, ce qui est plaisant et qui nous évite de rentrer dans le cliché. Après cette douceur, retour à la puissance avec « Danger Zone » qui est un hit à proprement parlé. Sa structure, son refrain, le solo guitare appuyé par une basse puissante et une batterie martelée, enchaînement des trois chants… un combo imparable. Avec tout ça, le groupe arrive encore à nous surprendre avec l’arrivée de « Skyline » qui débarque telle une fusée et qui nous submerge de par sa magnificence et son intensité. L’évolution se poursuit avec la rapide et hargneuse « An Ordinary Abnormality » qui prend les grandes lignes musicales du groupe mais avec le côté burné et violent en plus. La touche finale se fera sur « Exhale », un mid tempo mélodique envolé qui entre puissance et douceur qui met un terme à cet opus avec aisance et plaisir.

Conclusion : Le groupe avance à grands pas et nous offre là un très bon album, sans fioritures, et où tout est bon à prendre. La cours des grands est en train de s’ouvrir et ils le méritent.
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site de Amaranthe
Vues : 5659 fois