Chronique

STICKY BOYS - CALLING THE DEVIL / Listenable records 2017

Du rock'n roll à la dure qui donne la pêche. Une description simple mais qui colle très bien au genre que les parisiens cultivent depuis leur début. This is rock'n roll (2012) puis Make art (2014) ont propulsé les Sticky Boys sur les pistes de France et d'Europe, et pour avoir pu assister à leur show au Hellfest, je peux vous dire que ça met la banane à l'heure de l'apéro tout ça !

Seulement voilà, le trio parisien a décidé qu'avec Calling the devil les riffs à la AC/DC étaient en rupture de stock. Plus ouvert, plus aérien, un poil plus intimiste mais toujours aussi fun, ce troisième opus offre un bon gros bol d'air frais. Alors est-ce du Rock'n'Roll? du Hard Rock? Punk Rock? Stoner Rock? Rock, tout simplement. Et ça, c'est eux qui le disent !

Peu importe le rock, pourvu qu'on ait l'ivresse !
Dire que le groupe est ouvert est un faible mot. Je dirais ouvert comme un Châteauneuf-du-Pape qui a passé une journée en carafe. A la dégustation, le caractère et la force du groupe frappent en premier avec des titres comme Tough machine qui éclatent en bouche en moins de 3 minutes. Plusieurs heures plus tard, vous en avez encore le refrain en tête. La basse claque, y'a du groove, c'est presque un hommage à Lemmy Killmister.

Mais le temps de s'en remettre, les nouveaux arômes se révèlent. L'introduction en douceur a préparé le terrain. Cette douceur à la guitare dirige vers les titres les plus sensibles de l'album comme l'excellent An afternoon in the park, très mélodique, très "wild" et corsé ce qu'il faut pour rester en harmonie avec le reste.

D'autres nuances apparaissent pas la suite. Good morning sunshine passe en mode punk à roulette et apporte une bonne dose de joie. The lonely tree fait surface avec un chant éraillé qui apporte le twist de l'album, oui, le twist à la Master Chef, t'entends ?! Ce titre là un sacré pu%ùs de groove ! Enfin, il ne faudra pas oublier les chansons à scander à plusieurs avec une pinte à la main, oui, vous chanterez She won't let me in à tue-tête !

Conclusion : Les Sticky boys ont frappé. Quel talent ! Quel talent de savoir faire un album qui tient en haleine, ne tourne pas en rond, avec pour tout une musique simple et directe. 2017 commence à peine, mais vous pouvez déjà ranger Calling the devil parmi le top10 de l'année ! A consommer sans modération jusqu'à la lie !

TRACKLISTING
01 In Confidence
02 Better Days
03 Good Morning Sunshine
04 Tough Machine
05 The Lonely Tree
06 The Vision
07 An Afternoon In The Park
08 Ready To Go
09 The Dog Is Going Out (Bonus Track)
10 Real People
11 Calling The Devil
12 Drifting Away
13 She Won't Let Me In
14 Elvis 666
 
Critique : Weska
Note : 9.5/10
Site du groupe :
Vues : 5304 fois