Chronique

ALCATRAZZ - TAKE NO PRISONERS / Silver lining music 2023

6ème opus pour le groupe et deuxième avec Doogie White au chant, qui a fort à faire pour convaincre les fans. Non pas que Doogie soit pas bon mais la personnalité de Graham Bonnet est très difficile à remplacer. Allons donc voir où ils en sont.

Un bien bon riff balancé par Joe Stump ouvre “Little viper”. Une bonne entrée en matière qui ne nous déstabilise pas mais peine toujours à retrouver la flamme d’antan. À la suite “Don’t get mad, get even” se veut plus cool avec une sorte de Mid tempo groovy. Je dois bien avouer que l'alchimie est bien meilleure que sur l’album précédent, Doogie semble plus à son aise. Un bon titre à nouveau porté par la guitare de Joe nouveau patron de la bande.
Battlelines” accélère les choses pour encore du bon. Si on oublie le patronyme du groupe on pourrait vraiment se laisse tenter. Début calme pour “Strangers” qui annonce une ballade douce à la Rainbow. Doogie réalise une belle performance même quand le refrain se durcit. A noter une fin plus nerveuse qui change complètement cette chanson.
Gates of destiny” poursuit de manière plus cool, en mode quelque peu cavalcade mais à petites foulées. Comme le reste c’est sympa mais pas de quoi sauter au plafond !! “Alcatrazz” se joue sur un tempo soutenu avec quelques chœurs guerriers qui font se rapprocher de Hammerfall. Efficace et plaisant.
Holy roller (Move’s temple)” reste dans un esprit similaire. C’est dur à avouer mais malgré les très bonnes intentions de chacun on s’ennuie un peu à l’écoute de cet opus qui manque cruellement de peps. “Power in numbers” reste elle aussi dans la même veine. Une impression de tourner en rond pas des plus agréable. Et même si le groupe essaie de changer quelques atmosphères ça fonctionne pas plus que ça.
Un Mid tempo arrive pour “Salute the colours”, un peu autre chose qui permet de se reconcentrer. C’est bien fichu mais il manque toujours un truc pour que l’accroche soit plus présente. Avec “Bring on the rawk” on clôt ce chapitre avec un titre bien speed. C’est dommage que ce soit avec la dernière que l'intérêt arrive...

Conclusion : pour son deuxième essai avec Doogie White, Alcatrazz aura fait mieux grâce à un Joe Stump devenu maître à bord. Dommage que tout cela manque de ce petit plus que Graham était capable d’apporter. Alcatrazz est mort et il va falloir faire avec sa nouvelle mue. Dommage tout ça pour ça !!
 
Critique : Guillaume
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 5659 fois