Chronique

BOB SALIBA - HOST OF A VANISHED WORLD / FTF Music 2023

Le guitariste de KingCrown (Ex Galderia aussi), accompagné d’amis, de grand nom et d’invités nous sort son premier effort solo. Un album qui se veut plus ouvert et ainsi montrer d’autres facettes de sa personnalité. Je dois avouer que je suis très curieux depuis que j’ai entendu parler de ce projet, alors maintenant allons écouter cela.

On débute notre découverte par “Introspection” qui nous accueille de manière douce avec quelques arpèges et une voix des plus calme. Un début surprenant pour un opus, qui heureusement prend son envol avec une sorte de Hard Mélodique. Un 1er morceau aux qualités certaines, dont cette mélodie folk en arrière plan très bien trouvée. À la suite “Excavations” sonne de manière plus AOR à la façon d’un Journey. Les interventions acoustiques et les sonorités Grecques enrichies bien la musique sans l’alourdir. Le travail de John Macaluso (Ex ARK, Ex Yngwie J Malmsteen...) à la batterie est intéressant. Un musicien hors pair qui accompagne notre artiste durant tout cet opus. Je dois avouer que je trouve que la production manque de relief et aurait gagné à être plus organique au vu du style proposé.
Place au 1er extrait : “Entropy (Radio Edit)”, qui propose un Hard Rock ultra léché qui m'a rappelé mes amis de Lightseekers. Un single qui fonctionne à merveille tant elle reste encrée dans la tête ! Une vraie maitrise de la mélodie ! “Transposition (Radio Edit)“ met en avant John Macaluso avant de nous offrir du pur Hard Rock pur jus. L’ombre de Paul Stanley (Kiss) est présente sur le chant tout en maitrise de Bob. .Un pur bonheur que ce titre !
Avec “Into the Lab” on trouve un esprit plus 70’ et prog à la manière d’un Toto voir Kansas. La suite plus Rock et énergique fait taper du pied et nous emmène ailleurs. Bob démontre vraiment un sens de la composition aiguë et surtout une volonté de ne pas se mettre de barrière. Un peu de calme avec la bien nommée “Reflections”, qui permet de se poser et de profiter des mélodies acoustiques ainsi que d’un chant tout en douceur.
La guitare saturée ouvre un “Rivality” bien plus agressif que ce qu’on a pu avoir depuis le début ! Un riff complexe mais qui se marie bien à l’ensemble et surtout reste gravé dans la tête. Là encore c’est du lourd avec ses chœurs maîtrisés.
Un petit interlude instrumentale et folklorique à la manière d’un Led Zeppelin avec “Saphire”, qui nous fait voyager, avant “To the Zenith” dernière pièce, qui garde cet esprit folklorique jusqu’à ce que le rythme puis le Hard Rock n’arrivent. Un invité en la personne du très grand Jo Amore (Ex Nightmare, KingCrown) vient poser sa voix magique sur ce titre progressif mais efficace.

Conclusion : Pour son 1er effort solo Bob Saliba nous offre de vraies bonnes idées qui auraient mérité une production plus adaptée. Reste 9 compositions ultras agréables et très bien composées. Aller vite découvrir cette version collector limitée à 150 exemplaires.

https://www.helloasso.com/associations/ftf-music/boutiques/rock-hard-metal

 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Vues : 739 fois