Chronique

SVARTSOT - MULMETS VISER / Napalm Records 2010

Mesdames et Messieurs, bien le bonjour. Ca faisait longtemps qu’on avait pas tapé dans le scandinave. Voilà. Le problème est réglé. Nous allons parler aujourd’hui même d’un troupeau de danois formé en 2005 et appelé SVARTSOT. Ils sortent leur deuxième galette du nom de MULMETS VISER. Si vous ne comprenez pas le nom, attendez e nom des chansons, vous allez vous fendre la poire. Donc les messieurs pratiquent le folk métal. Alors, allons y de ce pas et folkorons donc ensemble (1+ 1 + 1… sinclair si tu nous entends..).

AETHELRED. Après une introduction acoustique courte, le morceau rentre direct dans le vif du sujet. Du folklore version power métal avec je ne sais quelle flûte traditionnelle. Un bonne énergie mais un chant guttural manquant cruellement de personnalité vient ternir l’ensemble, à mes yeux.
LOKKE VISEN. Folklore power métal : Le retour. Des mélodies sympathiques et accrocheuses. Mais selon moi, la voix fait toujours contraste, au grand détriment de la globalité de la composition.
HAVFRUENS KVAD. On enchaîne ces mélodies qui vont bien sauf qu’on commence à penser qu’un album complet comme ça, ca use son homme à mon humble avis. Même si, force est de constater que la production, le son, les arrangements, la composition représentent un travail énorme.
HOEJEN PA GLOEDENDE PAELE. Je vous avais prévenu pour les titres ! Une qualité de mélodies et d’arrangements toujours sans faille. La composition est agréable avec son pulse ternaire mais ce qui devait arriver arriva. La lassitude fait insidieusement son travail de sape. Des tempos trop souvent similaires. Trop homogènes à mon goût.
PA ODDEN AF HANS HEDENSKE SVAERD. Ils m’ont entendu, les cochons. Et la, paf, on prend des points et voilà un pur métal qui réveille. Un tempo plus remuant, des riffs tranchants. Ca fait du bien et c’est placé à un moment opportun de l’album.
LASTER OG TARV. Morceau qui bouge également. Avec des instruments traditionnels plus accentués. La monotonie de l’album est brisé et ca passe de suite bien mieux.
DEN SVARTEN SOT. Low tempo ternaire bien lourd avec une introduction très jolie. Le morceau reste sommes toutes assez basique. Rien de bien remarquable.
KROMANDES DRAFTER. Retour aux sources. Un morceau très rock métal aux consonances folk avec un clavier fort sympathique. Des passages lourds, des passages patate. Un assez bon morceau.
GRENDEL. Une intro guitare basse chant bien trouvée. Et un morceau folklopunkométal qui réveille les esgourdes. Indispensable.
JAGTEN. Du power folk thrash qui dépote. Mais pour coller au style, ils alternent avec un ternaire mélodique folk qui n’a pas grand rapport avec le riff initial. De prime abord, l’accroche n’y est pas puis on se laisse bercer par le petit jeu de la jonglerie binaire – ternaire flottant qui donne une couleur au morceau.
LINDISFARALE. Dans la pure tradition folk pagan. Sans grande surprise tant sur la mélodie que sur l’interprétation.
I SALENS VARME GLOED. Toujours le même esprit et toujours le même manque d’étonnement.

En conclusion, un album de qualité dans la musicalité, dans l’interprétation, la composition, la production, les arrangements. Mon point de vue personnel est un peu plus critique. Des rythmes trop redondants, un manque cruel de changements, une voix peu appropriée même si l’on s’habitue au gré de l’album. Certes, le style veut ca. Mais niveau musical, il manque quelque chose, selon moi.
Rendons tout de même à César ce qui lui appartient. L’album est très travaillé et les musiciens font leur travail vraiment très bien, tant dans la composition que dan l’interprétation. Un excellent travail.
 
Critique : Burno
Note : 6.5/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 1121 fois